Année BISsextile, année du 29

Mais quel est ce mot semblant tout droit provenir d’un mauvais “porno” ? En fait, une année bissextile est une année comptant 366 jours au lieu de 365, c’est-à-dire une année comprenant un 29 février.


Le terme vient du latin bis-sextilis, qui signifie “deux fois (bis) sixième (sextus)”, soit deux fois “le sixième jour avant les calendes de mars » dans le calendrier des Romains. L’objectif est d’aligner au mieux les indications du calendrier avec la durée réelle de l’année tropique qui définit les saisons. Celle-ci durant 365,242199 jours, et non pas exactement 365 jours, on est amené à introduire périodiquement un jour supplémentaire dans le calendrier de sorte qu’en moyenne la durée du calendrier se rapproche de l’année tropique.

Depuis l’ajustement du calendrier grégorien, l’année sera bissextile : Si l’année est divisible par 4 et non divisible par 100, c’est une année bissextile (elle a 366 jours). Si l’année est divisible par 400, c’est une année bissextile (elle a 366 jours). Sinon, l’année n’est pas bissextile (elle a 365 jours).

Cela a permis d’une part de rattraper le retard d’une dizaine de jours pris par le calendrier julien sur 15 siècles en supprimant des jours, et d’autre part de ralentir le rythme en supprimant 3 années bissextiles tous les 400 ans. Ce calendrier grégorien offre selon les règles énoncées une année moyenne de 365,2425 jours, ce qui est encore un peu trop long, mais n’engendre qu’une avance de 3 jours en 10 000 ans.

L’habitude d’ajouter une journée intercalaire remonte aux Romains qui utilisaient alors l’année “de Numa” de 355 jours, soit 12 mois lunaires. Le retard avec le calendrier solaire était compensé par des  mois intercalaires d’une durée variable fixée par le grand pontife. Ce système s’était cependant déréglé au moment des guerres civiles.

En 45av J-C, Jules César, fit appel à l’astronome grec Sosigène d’Alexandrie, afin de régler le décalage trop important que l’on constatait entre les années solaires et civiles depuis les guerres civiles. Ce dernier n’eut qu’à puiser dans le calendrier égyptien. Ainsi, Jules César fixa notre année de 365 jours, plus une journée intercalaire tous les quatre ans.

Ce jour “additionnel” se plaçait juste avant le 24 février. Il s’agissait donc d’un “23 février bis”. Plus tard, le jour intercalaire fut positionné le 29 du mois de février, à partir du moment où la méthode latine de décompte des jours (à rebours) fut remplacée par celle que nous employons toujours aujourd’hui.

#tradition

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止