En Provence,

La Fille du puisatier est un film réalisé par Marcel Pagnol et sorti en 1940.

1939. En Provence, en coupant à travers champs pour aller porter le déjeuner à son père, Patricia, l’une des filles du puisatier Pascal Amoretti, fait la connaissance du bel aviateur Jacques Mazel. Elle a 18 ans, il en a 26. C’est le coup de foudre. Un peu de clair de lune fera le reste à leur seconde rencontre. Il n’y aura pas de troisième rendez-vous car Jacques est envoyé au front de la Seconde Guerre Mondiale.

Patricia se retrouve enceinte et lorsque son père tente d’établir le contact, en compagnie de ses six filles, avec les riches parents de l’amant de Patricia, ceux-ci lui prêtent des intentions vénales et lui ferment leur porte. Après que Patricia a donné naissance à un garçon, Jacques est porté disparu. La famille Mazel va alors chercher à se rapprocher de Patricia, rejetée par son père, et de leur petit-fils, tout ce qu’il leur reste de leur cher enfant perdu…

L’équipe de tournage se souvenait du bruit des canons, parfois, qui gênait la prise de son. Ce qui était au départ une banale histoire d’enfant naturel à la manière de Pagnol (Angèle et Fanny sont en quelque sorte les “cousines” de Patricia) s’est retrouvé imprégné de l’actualité, bien au-delà des intentions du réalisateur. Il y avait, certes, au départ, la volonté d’ouvrir les cœurs aux courageux immigrés italiens, grands travailleurs manuels.

L’historien François-Georges Dreyfus consacre une page à l’analyse du film qu’il juge représentatif de l’état d’esprit de l’époque.

“Il faut admettre que la population française, dans son ensemble, a cru à la révolution nationale. Très peu de temps, il est vrai. Quelques mois pour certains, quelques semaines pour beaucoup. (…) Un film, sorti sur les écrans en 1940, et que l’on peut encore voir de nos jours, fourni de cet événement une expression métaphorique dont ses spectateurs d’aujourd’hui sont souvent loin de se douter : il s’agit de La Fille du puisatier de Marcel Pagnol. Le héros est un humble puisatier. Chaque jour, il s’enfonce dans les entrailles de la terre, pour y trouver l’eau vive. Il en remonte le soir, plein de vertus archaïques. (…) (Il) répudie sa fille qui n’a plus aucun espoir d’échapper au destin de fille mère. Mais un miracle se produit : l’armistice. Le maréchal Pétain parle à la radio (depuis 1944 ce passage du film est remplacé par un message du général de Gaulle, ce qui rend le film inintelligible) annonçant le temps de la souffrance rédemptice. Tous pleurent. (…) Second miracle : le fils revient ; il n’était que blessé. Transformé par l’épreuve, il a acquis le sens de ses responsabilités. Il épouse la mère de son fils. La morale patriarcale et terrienne de Raimu triomphe : tous s’y rallient. Une famille est fondée.”

Une nouvelle version du film est sortie en 2011, réalisée par Daniel Auteuil dont c’est la première réalisation.



#Chazel #Fernandel #Darroussin #Raimu #Auteuil #Pagnol #Merad #Azéma

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止