L’étoile grise du Paris-Vienne


Bien que sa famille n’ait aucun rapport avec la danse, il commence la danse très tôt, à l’âge de 4 ans et demi, lorsque ses parents, très enthousiastes, l’inscrivent à un cours municipal. Quand son premier professeur partit en 1976, le nouveau professeur de Manuel Legris lui dit que pour faire une carrière de danseur, il est absolument indispensable d’intégrer l’Ècole de Danse de l’Opéra national de Paris où il entre à 11 ans, et dont l’un des professeurs, Lucien Duthoit, se risque à prédire que ce jeune élève deviendra un jour danseur étoile.

Manuel Legris intègre le corps de ballet de l’Opéra de Paris en 1980, puis devient coryphée et sujet l’année suivante. A 17 ans, il rencontre Rudolf Noureev, directeur du ballet de l’Opéra de Paris à partir de 1983, qu’il trouve très généreux, avec une aura incroyable. Il y a une relation très forte entre les deux, et Noureev le nomme étoile en 1986, à New York, au contraire de l’habitude qui veut que les étoiles soient célébrées sur les scènes de Paris.Fait exceptionnel dans le milieu de la danse de l’Opéra de Paris aussi, Manuel Legris est nommé danseur étoile sans passer par le stade de premier danseur. Dès lors, les prises de rôles se succèdent, permettant à la nouvelle étoile de prendre possession du “grand répertoire”, dévoilant ainsi ses multiples facettes et l’étendue de ses dons.

C’est ainsi que de William Forsythe à Jerome Robbins, les chorégraphes les plus renommés ne cessent de le solliciter et il participe à la plupart des entrées au répertoire ou des créations de l’Opéra de Paris. Outre ses qualités intrinsèques, technique sans faille, richesse expressive, Manuel Legris s’impose comme un partenaire d’exception, un danseur complet passant avec facilité du répertoire classique au contemporain. Il est notamment renommé pour l’adage, qui est généralement interprété par deux danseurs, ce qui permet l’introduction de portés ; il doit réaliser une combinaison harmonieuse entre les deux partenaires.

Dans le même temps, la réputation du danseur étoile franchit très vite les frontières. Manuel Legris est invité par les plus prestigieuses compagnies, telles que le Tokyo Ballet, le London Royal Ballet ou tant d’autres, sur toutes les grandes scènes du monde, de la Scala de Milan au théatre Mariinsky de Saint-Pétersbourg.

Très vite, Manuel s’impose comme un partenaire recherché et ainsi, outre les étoiles de l’Opéra de Paris, il se produit avec les plus grandes danseuses du monde, parmi lesquelles Evelyn Hart ou Lorna Feijoo. Par ailleurs, Manuel Legris parcourt le monde avec sa compagnie : “Manuel Legris et ses Étoiles”. La troupe de danseurs est invitée à faire chaque année une tournée au Japon.

Ce concept est né il y a une vingtaine d’années de la volonté commune de Manuel Legris et Monique Loudières qui ont souhaité permettre à de jeunes danseurs d’aborder les rôles de solistes encore inaccessibles pour eux à l’Opéra, leur permettre de travailler avec les plus grands chorégraphes ou de se confronter à la jeune création. C’est ainsi que Manuel Legris propulse l’ascension rapide des futurs étoiles Mathias Heymann et Mathieu Ganio.


Au sein du ballet de l’Opéra d’État de Vienne, il y a une relation étroite entre les danseurs et Manuel Legris de la même manière démontrée par le poster immense de ses adieux à l’Opéra de Paris dans Onéguine : “Tu es le soleil qui nous manquera”, “Amour et admiration”, répètent en substance les dédicaces écrites en noir et or d’une centaine de danseurs du ballet de l’Opéra de Paris.

Les performances s’avèrent être des grandes réussites, et grâce à Manuel Legris, le ballet de Vienne est devenu aujourd’hui l’un des cinq ou six meilleurs aux monde.


#ballet #danse #Legris

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止