La forteresse


Si la construction d’un dispositif défensif sur la « longe de Boyard » est envisagée dès le XVIIème siècle, le projet n’est concrétisé que dans le courant du XIXe siècle. Édifié afin de protéger la rade, l’embouchure de la Charente, le port et surtout le grand arsenal de Rochefort des assauts de la marine anglaise, il est transformé en prison quelques années à peine après son achèvement.

Dès la fin de construction de l’arsenal, en 1666, la nécessité d’une protection est évoquée : on envisage la longe de Boyard comme base pour la construction mais, après les différents relevés, Vauban dit à Louis XIV, en ironisant : « Sire, il serait plus facile de saisir la Lune avec les dents que de tenter en cet endroit pareille besogne. »

Ce premier projet en restera donc là. Il faut ensuite attendre le tout début du XIXe siècle pour que la question redevienne d’actualité.


A cause des intempéries, attaques anglaises, finances en berne,… l’édification du fort se verra souvent retardée, voire tout bonnement stoppée, sous Bonaparte, Louis-Philippe.

1866. Enfin ! Le fort peut alors accueillir deux-cent-cinquante hommes durant deux mois sans contact avec le continent. Mais, entre les premiers projets et l’achèvement de la construction, la portée des canons a augmenté et l’utilité du fort s’en trouve limitée. Il reste tout de même une construction importante sur la mer, au même titre que certains phares. Son utilisation militaire n’est jamais celle qu’elle aurait dû être. Il devient alors la cible des pillards et plus personne ne sait quoi en faire. Il sert de prison pour des soldats prussiens de la guerre franco-prussienne de 1870, puis pour les prisonniers politiques de la Commune, parmi lesquels Henri Rochefort.

Voici les dates-clés du projet

Idée : 1667 Avant-projets : 1763, 1801 Projets : 1802, 1841 Enrochement : 1803 à 1809 Assise : 1842 à 1848 Fort : 1849 à 1858 Brise-lames et port : 1860 à 1866 Durée cumulée : 30 ans

#Boyard

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止