Le Métèque

Georges Moustaki, né Giuseppe Mustacchi,est un auteur-compositeur-interprète et artiste-peintre d’origine italo-grecque, né en Egypte, naturalisé français en 1985, mais aujourd’hui décédé.

Après avoir grandit dans un environnement multiculturel (juif, grec, turc, italien, arabe, français), Georges se passionne vite pour la littérature et la chanson française, et vient en 1951 à Paris où il s’installe chez une de ses sœurs et son beau-frère, le poète Jean-Pierre Rosnay, lui aussi libraire et pour qui il fait du porte-à-porte en vendant des livres de poésie.

Il exerce par la suite la profession de journaliste, puis de barman dans un piano-bar, ce qui l’amène à fréquenter des personnalités du monde musical de l’époque, notamment dans le haut lieu de la vie intellectuelle et culturelle parisienne, le quartier Saint-Germain-des-Prés. Il entend ainsi Georges Brassens se produire un soir ; c’est pour lui une révélation : il n’aura de cesse par la suite de faire référence à ce maître, allant jusqu’à adopter son prénom en guise de pseudonyme.


Elle incite Moustaki à sortir de ce mouvement, et tout au long des années 1960, il se positionne comme un compositeur et parolier pour les grands noms de la chanson française comme Yves Montand, Barbara et Serge Reggiani, avec qui il se lie d’amitié. Il crée alors des chansons qui resteront parmi ses plus grands succès : Ma solitude, Joseph et Ma Liberté ou encore La Longue Dame brune, qu’il interprète alors en duo avec Barbara.

Sa devise, tirée d’un écrit d’Antoine Blondin est “l’homme descend du songe”.

En 1968, artiste engagé au moment des événements de mai 68, il écrit, compose et interprète Le Métèque, ballade romantique qui parle d’un étranger un peu éthéré, doux rêveur, sans attache. C’est un grand succès international qui marque un nouveau début de sa carrière d’artiste. En janvier 1970, il fait son premier grand concert en vedette à Bobino. On découvre alors un artiste qui privilégie une ambiance chaleureuse, de proximité avec son public.

Pendant les trois décennies suivantes, il parcourt le monde pour se produire, mais surtout trouver de nouvelles inspirations ; il écrit entre autres La Vieillesse à 50 ans.

Grand amateur de la guitare, son instrument de prédilection auquel il rend hommage dans plusieurs de ses chansons, il avait noué des liens d’amitié avec le guitariste virtuose Alexandre Lagoya, comme lui né à Alexandrie et d’origine familiale gréco-italienne.

En 2010, le premier Prix Georges-Moustaki de l’album autoproduit et/ou indépendant est créé par Thierry Cadet et Matthias Vincenot.

“Ce Prix Georges-Moustaki me fait honneur par la qualité des artistes qui ont présenté leur candidature et par sa vocation de récompenser un album autoproduit ; c’est-à-dire réalisé en toute liberté et en toute indépendance. Je remercie tous ceux qui ont rendu cette aventure possible et le public qui participe à cette célébration. Je suis en phase avec les deux jeunes gens qui s’en occupent. J’avais quelques réticences à m’embringuer là-dedans, mais ils sont terriblement sympathiques, et ils savent ce qu’ils font. Ce sont des gens que j’estime beaucoup. J’ai eu envie de les suivre. Je vois ce qu’ils font tout au long de l’année. On est dans la même cour.”

#chansonfrançaise #Moustaki

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止