Le petit chien de Strasbourg


Quand vous visitez une église ou une cathédrale, la première chose (enfin pour moi) qui vous saute aux yeux, c’est la beauté des vitraux, puis l’architecture de l’édifice.

Et la cathédrale Notre Dame de Strasbourg en est un exemple criant… et soufflant, avec tous les chuchotements des âmes qui errent sans cesse autour du bâtiment, pour apporter une touche supplémentaire de spiritisme.

“Prodige du gigantesque et du délicat” selon Victor Hugo, du haut de ses 142 mètres, la splendeur de la cathédrale est visible de très loin dans la plaine alsacienne et peut être aperçue d’aussi loin que les Vosges ou que de la Forêt-Noire.

Elle se situe dans un quartier entouré par la rivière l’Ill, sur la place de la cathédrale, au cœur du centre ancien de Strasbourg.

Mais nous allons nous intéresser à un petit détail bien précis, qui vaut presque autant le détour que la grande horloge astronomique… le petit chien de la cathédrale de Strasbourg.

Il est tout mignon, il faut avoir l’oeil pour le trouver- un indice, le chercher sur une structure en bois – et il a une belle histoire.

Le petit chien triste de saint Alexis, le seul qui avait reconnu son maître, est devenu — depuis quand ? — une figure protectrice. Le toucher vaudrait garantie de la réalisation d’un vœu et le noircissement de la pierre témoigne de la popularité de cette pratique.

Celle-ci a sa propre lecture : l’animal est celui de Geiler lui-même, figé dans la pierre comme s’il venait écouter les sermons de son maitre. Figure d’attention et de fidélité, il incarne dans notre époque, sous une forme inattendue, la mémoire du célèbre prédicateur.

Maintenant, votre prochaine destination : Strasbourg (^_^)

#architecture #histoire

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止