Les filles de son pays

Enrico Macias, né Gaston Ghrenassia à Constantine en Algérie, est un chanteur, musicien, compositeur et comédien français, . Il se définit lui même comme juif “d’origine berbère”.

Son père était violoniste dans l’orchestre de Raymond Leyris dit Cheikh Raymond (le beau-père de Macias, ce dernier ayant épousé en 1962 sa fille Suzy avec qui il aura deux enfants Jocya et Jean-Claude) ; il apprend la guitare grâce à son cousin Jean-Pierre, mais aussi avec des amis gitans qui lui donnent le surnom de « petit Enrico », son futur prénom d’artiste. Son nom d’artiste résulte d’une erreur de la secrétaire de la maison de disques qui a mal compris son nom au téléphone et le baptise « Macias », alors qu’Enrico lui avait soufflé « Nassia ».

D’abord instituteur, il rejoint l’orchestre de Cheikh Raymond. La mort de ce dernier, assassiné en juin 1961, à Constantine, symbole de l’échange entre les communautés d’Algérie, décide la famille Ghrenassia à quitter l’Algérie. C’est durant cette traversée nostalgique de la Méditerranée comme de nombreux pieds-noirs, qu’il compose à la guitare « J’ai quitté mon pays, j’ai quitté ma maison ».


S’il a grandi dans la musique judéo-arabe, Enrico Macias se lance rapidement à son arrivée en France dans des chansons de variétés orientalistes où l’influence de Lili Boniche est patente (L’oriental).

Le style de ses disques évolue vers une musique moins marquée et plus facilement accessible au grand public; il reste néanmoins attaché à ses racines musicales dans les chansons qu’il interprète en concert – ou quand il invite les Gipsy Kings à assurer sa première partie de l’un de ses concerts.

Reconnu internationalement, il reçoit le titre de Chanteur de la paix de Kurt Waldheim en 1980.


#chansonfrançaise #Macias

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止