Mariage mixte à la pelle


Claude Verneuil, un notaire se disant de tradition gaulliste, et sa femme Marie, sont des bourgeois catholiques et parents de quatre filles : Isabelle, Odile, Ségolène et Laure. Les trois premières sont déjà mariées à des Français issus de l’immigration et de religions différentes : Isabelle, avocate, est mariée à Rachid Ben Assem, avocat lui aussi et musulman ; Odile, dentiste, est mariée à David Benichou, juif séfarade entrepreneur au chômage, et Ségolène, artiste peintre, est mariée à Chao Ling, banquier d’origine chinoise.

Les Verneuil font des sourires de façades à leurs gendres mais ont du mal à cacher leur bon sens de préservation identitaire, surtout Claude. Les réunions de famille sont gâchées par les maladresses et les clichés sur les étrangers prononcés par Claude, autant que par Rachid, David et Chao qui ne se ménagent pas entre eux et se jettent à la figure des propos racistes insultants.


Le couple de parents, désespéré, met toute sa confiance en la cadette, Laure, conseillère juridique, pour qu’elle ramène à la maison un catholique, allant même jusqu’à arranger une rencontre, prétendument fortuite, avec un jeune homme blanc issu d’une grande famille bourgeoise de la région et travaillant dans la finance aux États-Unis. Mais ce qu’ils ignorent, c’est que Laure est en réalité déjà en couple et a l’intention de se marier. Quand elle annonce à ses parents que l’heureux élu est un catholique prénommé Charles comme l’ancien Président, cela les enchante et son métier de comédien est vite pardonné. Mais lors de la première rencontre, ils découvrent stupéfaits que Charles Koffi est d’origine ivoirienne.

Par la suite, les Verneuil rencontrent le père de Charles, un ancien militaire rigide, intolérant, raciste anti-blanc et rancunier de la colonisation européenne de l’Afrique. C’en est trop pour les Verneuil qui commencent à sombrer dans la dépression.

Toutes ces tensions raciales au sein de la famille auront-elles raison du projet de mariage ?

Pour son cinquième film, le réalisateur et scénariste Philippe de Chauveron a l’idée de Qu’est-ce qu’on a fait au bon Dieu ? qu’il a écrit avec son co-scénariste Guy Laurent. Lorsqu’il a découvert, « statistiques à l’appui », que les Français sont les champions du mariage mixte, car, ajoute-t-il, « différentes études disent qu’environ 20 % des unions qui ont lieu dans notre pays se font entre des individus d’origines et de confessions différentes », alors que dans les autres pays européens, il y’a seulement 3% de mariages mixtes. De plus, le réalisateur connaît ce type de situation, puisque son frère s’est marié avec une femme d’origine maghrébine, tandis que lui a vécu avec une femme africaine.


#Lauby #Chau #Clavier #Diawara #Fontan #Bel #Sadoun #Abittan #Caen #Piaton

お問合せ

Copyright © 2016 -2020 MariE Anne All Right Reserved 無断転載禁止